Passe en mode selfie !

Passe en mode selfie !

Je ne peux pas vous dire le nombre d’heures que j’ai dépensé dans ma vie à parler des autres qui avaient “un problème“. Le nombre de cafés que j’ai bus avec mes copines pour parler de situations difficiles pour moi, la caméra braquée sur l’autre, cet autre impliqué dans la situation, en mettant en lumière le problème qu’il devait avoir pour me faire subir ça.

J’ai fait des alliances avec tous ceux qui étaient d’accord avec moi pour dire qu’untel avait un problème. J’ai fui ceux qui se faisaient l’avocat du diable en prenant le parti de l’autre. J’ai élaboré des théories et posé des diagnostiques (parfois très élaborés). Pas mal de gens y sont passés…

La caméra braquée sur l’autre, je filmais tout ce qui ne tournait pas rond chez lui. Parfois je partais à l’attaque. J’essayais alors de lui faire prendre conscience : « Le problème avec toi c’est que … ». Ou alors je tentais de lui montrer qu’il avait tort : « Il n’y a personne d’autre que toi qui fait ça ! ». J’essayais aussi les menaces : « Tu dois absolument changer ça ! ». Quelle que soit la stratégie, je crois n’avoir jamais obtenu de résultat… Et je me sentais tellement démunie de n’avoir aucun pouvoir sur l’autre, sur cette situation, sur ma destinée…

Jusqu’au jour où j’ai entendu à un stage de Communication NonViolente® que je pouvais faire un 180° avec la caméra et passer en mode selfie. Me filmer, moi, et regarder ce qui se passait en moi. Regarder ce que je vivais, moi, dans cette situation et le reconnaître. Et ça a changé ma vie !

Quand ça secoue la barque, quand ça sent la tempête, quand j’ai l’autre dans le collimateur, je me dis : « Passe en mode selfie ! ». Et là tout change ! Normal, me direz-vous, on a changé l’angle de vue ! Et bien, oui, et en même temps ça nécessite de penser à le faire et d’en avoir les moyens ! Parce que chez moi, ce mécanisme “l’autre a un problème“ était tellement ancré, que ça m’a pris longtemps, mais vraiment longtemps, pour acquérir ce réflexe de passer en mode selfie. Et aujourd’hui encore, parfois c’est dur ! C’est tellement plus simple, quelque part, de se déresponsabiliser, de fuir ce qui se passe en soi, et de remettre la faute sur les autres !

Et alors, ça marche comment ce mode selfie ?!

Et bien d’abord, tu accueilles tous tes jugements, toutes les pensées et tout ce que tu te dis sur cette personne et cette situation. La différence avec le mode caméra normal, c’est que tu as conscience que tu es avec tes jugements, avec tes pensées, avec ce que tu te dis. Tu les vois, tu les accueilles quelque part en toi.

Puis tu sens ce que ça fait dans ton corps. Est-ce qu’il y a une sensation physique ? Une lourdeur, une tension, un poids ? Elle est où dans le corps ? Est-ce qu’il y a un mot de la famille des sentiments qui pourrait décrire cette sensation ? Est-ce que c’est de la colère ? De la tristesse ? De la peur ? S’il n’y a pas de mots, c’est OK, ce qui compte c’est le ressenti…

Ensuite, tu de demandes ce qui te manque dans cette situation, ce que tu aimerais tant vivre, et que tu ne vis pas. Tu peux commencer par décrire ce que tu aimerais tellement voir se réaliser, puis le résumer par un mot qui contient l’essence de tout ça. C’est le besoin. Par exemple, si tu as tellement envie de passer des soirées avec cette personne et d’avoir des discussions de cœur à cœur, est-ce que cela parle de ton besoin de partage ? Ou de connexion ?

Et à ce moment-là, lorsque tu as pris conscience du besoin qui n’est pas nourri dans cette situation et avec cette personne, tu te demandes comment tu pourrais, toi, indépendamment de cette situation et de cette personne, commencer à nourrir ce besoin. Et là, c’est une étape magique, où tout est possible ! Ne te bride pas, explore toutes les options ! Vois grand, tu es l’univers tout entier ! Il y a plus de sept milliards d’êtres humains sur terre, des ressources insoupçonnées en toi et en dehors de toi ! Et tu poses une petite action, là, tout de suite ! Un petit truc facile à réaliser, ici et maintenant ! Pour commencer à nourrir ton besoin. L’autre ne t’offre pas la connexion à laquelle tu aspires ? Commence à nourrir toi-même ce besoin de connexion ! L’autre ne te donne pas la reconnaissance que tu espères ? Commence à te la donner, toi, à toi-même, cette reconnaissance !

Grâce au mode selfie, si tout s’est bien déroulé, tu as maintenant retrouvé ton pouvoir, tu t’es démêlé de l’autre et de cette situation. Tu as retrouvé ton axe. Tu as conscience de ce qui est vivant en toi, tu l’as reconnu et tu en a pris soin. Le mode selfie, c’est pour moi le cœur de la CNV. Il ne s’agit pas de se remettre en question : il s’agit de voir ce qui se passe pour soi. Il ne s’agit pas d’excuser, de laisser passer ou de donner raison : il s’agit de voir ce que ça suscite en soi. Il ne s’agit pas de tout accepter et de subir ses relations : il s’agit de retrouver sa puissance.

Au début, et même plus tard, on a souvent besoin de soutien pour passer au mode selfie et effectuer ce changement d’angle de vue ! Contacte-moi pour une séance individuelle si tu as envie d’essayer !